C’est parti

Super Responsable est né du constat que notre mode de consommation porte atteinte non seulement à notre santé, mais aussi à l’équité sociale et à notre environnement.
Une prise de conscience qu’il est difficile de mettre en pratique dans notre consommation quotidienne et dont chaque journée révèle un peu plus la dichotomie entre confort personnel et valeurs bafouées: j’applique une crème efficace mais toxique pour ma peau, j’engloutis un burger gourmand contre la vie d’un être, j’enfile un vêtement branché issu de l’esclavage et je pars en polluant dans ma voiture équipée. Suis-je seul(e) à me trouver irresponsable ? 
Peut-on vivre sainement de corps et d’esprit sans abandonner nos principes ?

Parce qu’aucun mot ne saurait définir une consommation saine, éthique et durable; que ce mode de vie est encore plus difficilement atteignable, nous avons tout bonnement décidé d’inventer le terme : Super-responsable.

Être super-responsable, c’est adopter un mode de vie respectueux de l’homme et de son environnement en accord avec notre pouvoir d’achat.

Aux vues des récentes études, force est de constater que 78% des français se déclarent concernés par la consommation dite « responsable ». C’est une réelle conscientisation du problème qui exprime aussi la volonté de le régler, mais rarement sans se défaire de nos privilèges dûment gagnés que sont la rapidité de service, des produits tendances et à un prix abordable. 

Dans ce nouveau mode de consommation on trébuchera parfois, on s’en voudra parce qu’on est humains mais surtout on se relèvera car c’est notre nature.


 

En pratique

La consommation durable en France et en pourcentages se répartie dans l’alimentation, la cosmétique, la mode, l’ameublement et les transports.

Dans tous ces domaines, être responsable c’est prendre soin de soi et des autres au travers du produit (biologique, naturel, non-allergène, vegan), de sa fabrication (objectif commerce équitable, local, artisanal, fait maison, non testé sur les animaux) et de sa vie future (biodégradable, recyclable). Notre implication se traduit par une politique qui tend vers le zéro-déchet, l’anti-gaspi, le transport en commun et le militantisme.

Ça nécessite un effort perso : demander autour de soi, vérifier les étiquettes, checker les labels, les marques soutenues par nos associations préférées, se déplacer aux événements, donner de son temps ou de son argent… En d’autres termes: être à l’écoute de son corps, garder son sens critique et transcender notre état de consommateur à celui d’acteur du changement. 

Les chiffres parlent d’eux-même

– L’Europe occidentale, le Japon et l’Amérique du Nord se partagent 80% du marché mondial de l’environnement, lequel suit le cours du PIB mondial, preuve d’une tendance imbriquée dans notre consommation;
– La France est le 2ème marché bio européen avec 44 millions de consommateurs;
– L’Europe détient 65% du marché du commerce équitable;
Avec de tels chiffres, la France est bien placée pour agir ! …Et vous ?

Et vous, qu’en pensez-vous ?
En tant qu’acteur du changement, ton avis compte.

Cet article a été rédigé par

Ressourcez-vous
Etude Greenflex
Plateforme pour le commerce équitable
Le marché de l’environnement en France
Etude MIT rapport Meadows

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *