Plus beaux oui, mais à quel prix ?

Les produits cosmétiques sont destinés à nous rendre plus beaux mais le jeu en vaut-il la chandelle si c’est au détriment de notre santé ?

Le concept CRASH TEST Alternative
Pour le savoir, nous donnons la parole aux citoyens, aux enseignes et associations questionnés sur des thématiques précises (alimentation, mode, cosmétique, maison et implication civique). Chaque thématique que nous abordons dans nos épisodes fait l’objet d’études approfondies en partenariat avec des professionnels, scientifiques, journalistes et autres corps de métiers. S’abonner à notre chaîne youtube

Après moult réflexions, nous avons choisi la cosmétique bio & vegan comme sujet de notre premier épisode en commençant par un micro-trottoir et questionnaire en ligne pour connaitre l’avis des français sur le sujet.



Conservateurs, filtres solaires, cires, colorants etc. Sans que l’on s’en rende vraiment compte, ces composants ont pris une place de choix dans notre salle de bain et plus dérangeant encore, sur notre peau. De la simple irritation aux allergies, pouvant même aller jusqu’à la formation de cancers, beaucoup sont des perturbateurs endocriniens qui dérèglent nos systèmes hormonaux. C’est à dire qu’ils ont un impact direct sur notre croissance, notre développement, notre reproduction, et le fonctionnement de la thyroïde (donc aussi sur nos émotions !).

Evidemment, tout le monde ne court pas le même risque. Les enfants jusqu’à leur adolescence, femmes enceintes, et personnes ayant un terrain allergique ou système immunitaire affaibli sont plus clairement plus exposés.

Malheureusement, la réglementation laisse à désirer pour plusieurs raisons.
→ Au niveau de l’autorisation des ingrédients cosmétiques, les instances officielles européennes ne réalisent jamais d’études elles-mêmes. Elles se contentent généralement de relire les études transmises par les fabricants !  

→ Les fabricants n’ont aucune obligation de vérifier si leurs ingrédients sont des perturbateurs endocriniens ou s’ils interagissent avec d’autres molécules (« effet cocktail »).

→ Les scientifiques réclament des mesures d’interdiction sans cesse freinées par les procédures administratives, la pression des lobbies et le manque de moyens des autorités européennes. Ainsi, il aura fallu attendre 7 ans avant que la  méthylisothiazolinone (MIT), un ingrédient cosmétique très allergisant ne soit banni des cosmétiques.

Dans le prochain article, nous nous intéresserons aux cosmétiques alternatifs qui « naturels », « biologiques » et « vegans » qui apparaissent peu à peu sur le marché. Qui sont-ils et que valent-ils ? La suite au prochain épisode !

________

Nous remercions chaleureusement l’association de consommateurs UFC QUE CHOISIR qui nous a donné l’accès à de précieuses informations et permis de compléter nos recherches.
Afin de nous aider à prendre soin de notre peau et de notre santé, l’association a aussi lancé son application mobile qui permet de scanner les cosmétiques afin de déterminer leur toxicité. https://www.quechoisir.org/application-mobile-quelcosmetic-n52804/

Vous souhaitez participer à nos épisodes ? Contactez bonjour@super-responsable.org
Cet article a été rédigé par

 

Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *